Les enceintes connectées au service des personnes en situation de handicap

Publié le Publications

Les interfaces vocales existent depuis plusieurs années sur nos smartphones, Siri et Google en tête. Une nouvelle révolution est en marche, celle des interfaces vocales au cœur de la maison. Ces outils remarquables commencent déjà à faciliter le quotidien de milliers de personnes en situation de handicap.

Amazon Echo vs Google Home

Principe des interfaces vocales connectées

Jusqu’alors cantonnées à une utilisation sur Smartphone, les interfaces vocales gagnent peu à peu nos foyers sous la forme d’enceintes connectées qui s’activent dès lors que vous leur parlez. Un simple « OK Google » (prenons l’exemple du Google Home) active l’appareil et permet d’interagir à l’oral.

Nous venons de citer l’exemple du Google Home, c’est en France l’enceinte connectée la plus utilisée en France, mais tous les géants du numérique s’y intéressent : Amazon, Apple, Sony, Anker, Harman Kardon, Xiaomi, Alibaba, Baidu… Le potentiel est énorme et les retombées économiques gigantesques, sans parler de l’aubaine pour les fabricants d’enceintes connectées de développer la capacité de leur intelligence artificielle à interpréter le langage naturel humain grâce au deep learning.

Enjeux pour les personnes en situation de handicap

Les interfaces vocales sont très intéressantes pour le grand public, on se plaît à jouer avec le périphérique et on trouve rapidement des utilités qui dépassent le cadre du gadget électronique. Pour les personnes en situation de handicap, les interfaces vocales représentent un potentiel important en termes de gains d’autonomie à domicile :

  • Plus besoin d’écrire : pour les personnes ayant des difficultés à utiliser un clavier ou tout autre périphérique manuel, l’utilisation de la voie permet de remplacer les requêtes et services utilisés traditionnellement par écrit,
  • Pour les personnes sourdes ou malentendantes, ces périphériques permettront bientôt d’enregistrer des discussions audios et de les retranscrire sur un support numérique (écran, télévision, smartphone), à la façon de l’application Ava,
  • L’interfaçage entre les objets connectés de la maison et les interfaces vocales permet de créer des scénarios de domotique avancés. En une phrase, on peut par exemple signifier à Google home d’éteindre les lumières de la maison, diminuer la température du thermostat central et allumer une lampe de chevet,
  • Le multimédia n’est pas en reste : il est tout à fait possible de contrôler un téléviseur, un décodeur TV ou des applications telles que Netflix ou Spotify en utilisant des commandes vocales,
  • Pour les personnes souffrant de déficience visuelle, l’accès à l’information par le son est très intéressant. Au-delà de la formulation de la requête à haute voix, il est tout à fait possible de connecter son périphérique à des applications tierces qui fourniront une information audio en retour (exemple : une application de lecture),
  • Dans certains cas, les interfaces vocales peuvent être utiles pour lancer un appel d’urgence ou prévenir un proche. Les enceintes connectées sont dotées de micros particulièrement efficaces, ce qui permet de les utiliser en étant éloigné de l’appareil,
  • Enfin, pour les personnes ayant des difficultés de mémorisation, les interfaces vocales font de parfaits assistants et gestionnaires de rappels.

Axes d’amélioration des interfaces vocales

Les appareils connectés vont poursuivre leur entrée dans nos foyers, avec pour éléments centraux les interfaces vocales. À ce jour, la technologie reste émergente, les développements doivent être poursuivis pour optimiser l’expérience utilisateur.

En premier lieu, il semble essentiel de travailler à l’amélioration du niveau de compréhension et d’interprétation des requêtes. La machine doit être capable d’analyser intelligemment la demande pour pouvoir y répondre correctement, qu’il s’agisse d’un retour d’information ou d’une interaction avec une application.

D’autre part, un grand travail et à conduire pour faciliter l’interfaçage des enceintes connectées avec les autres technologies du domicile. Actuellement, Google Home propose des connexions simplifiées avec certains partenaires. La généralisation de ces ponts entre objets connectés doit se poursuivre.

Enfin, il sera sans doute précieux à terme de proposer des bibliothèques d’applications connectées afin que les utilisateurs puissent facilement accéder au service qui les intéressent. Notamment des solutions pour tous types de handicap. L’idéal serait que l’intelligence artificielle soit assez performante pour comprendre les besoins spécifiques des utilisateurs et puisse y répondre d’elle-même ; en attendant, des plates-formes en ligne seraient très utiles, à la façon d’un Play Store.

IDcap et les enceintes connectées

Nous sommes convaincus que les interfaces vocales sont une des clés du numérique accessible à tous, nous travaillons à la mise en œuvre de plusieurs projets utilisant Google Home. Très prochainement, nos lecteurs auront la possibilité de consulter nos publications par restitution audio.

Et vous, que pensez-vous des interfaces vocales appliquées au handicap ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlons de vos besoins.

Un projet numérique ? En lien avec l’accessibilité ?
Une question vous brûle les lèvres ? Vous souhaitez en apprendre davantage sur l’accessibilité numérique ? Comment pouvons-nous vous aider ?

Contactez-nous